FILS DE CAÏN de Marcell Gerö

filsdecain_139(1)

FILS DE CAIN de Marcell Gerö (Hongrie), long-métrage documentaire

Le très beau documentaire de Marcell Gerö « FILS DE CAÏN » est sur TENK du 18 août au 14 Octobre.

ACCÉDER AU FILM//

 

FESTIVALS

EN COMPÉTITION AU FESTIVAL DE SAN SEBASTIEN 2014 DANS LA SECTION « NEW DIRECTORS », 10th Zurich International Film Festival, Zurich, Switzerland, Competition, 6th Abu Dhabi Film Festival, Abu Dhabi, United Arab Emirates, Competition, 11th Verzio International Human Rights Documentary Film Festival, Budapest, 18th Jihlava International Documentary Film Festival, Jihlava, Czech Republic, 2014 – in the « Between the Seas » Competition, 27th IDFA – International Documentary Film Festival Amsterdam, Amsterdam, The Netherlands, 25th Stockholm International Film Festival, Sweden, 11th Golden Eye Festival, Budapest, Hungary, 2014, 26th Trieste Film Festival, Trieste, Italy, 2015 Competition, 33rd Bergamo Film Meeting, Bergamo, Italy, 11th Zagreb Dox International Documentary Film Festival, Zagreb, Croatia, 2015, 30th International Film Festival of Guadalajara, Mexico, 2015, 12th DocuDays UA – International Human Rights Film Festival, Kiev, Ukrain, 2015 – in competition, 12th Cronograf International Documentary Film Festival, Chisinau, Moldova, 2015 – in Competition, 25th Mediavawe – International Film Festival, Komárom, Hungary, 2015, 14th DOXA Documentary Film Festival, Vancouver, Canada, 2015, 23rd Art Film Fest International Film Festival, Trencin, Slovakia, 2015, 21th Sarajevo Film Festival, Sarajevo, Bosnia herzegovina, 2015 – in Competition, 27e édition des États généraux du film documentaire, Lussas, France, 2015, DocsDF, The International Documentary Film Festival of Mexico City 2015, 4th LET’S CEE Film Festival, Austria, Vienna, 2015 – in the Documentary Competition,

PRIX
11th Verzio International Human Rights Documentary Film Festival, Budapest, Hungary, 2014 – « Best Human Rights Documentary Special Award » awarded by the Student Jury, 11th Golden Eye Festival, Budapest, Hungary, 2014 – “Best Cinematographer in the documentary film category”, “Best Documentary in 2014” Prize, awarded by the the Hungarian Film Critics’ Association, Budapest, Hungary, 2015, 11th Zagreb Dox International Documentary Film Festival, Zagreb, Croatia, 2015 – « Big Stamp » Award for Best Film in Regional Competition, 25th Mediavawe – International Film Festival, Komárom, Hungary, 2015 – Best feature length documentary, 14th DOXA Documentary Film Festival, Vancouver, Canada, 2015 – Honorable mention of the jury

SYNOPSIS
Hongrie 2014. « Fils de Caïn » explore les destins de Pál, Zsolt et Gabor, trois hommes qui se rencontrent et vivent ensemble leurs années d’adolescence dans une cellule de la prison pour mineurs de Tököl dans les années 80. Pál a tué son père, Zsolt l’un de ses copains, Gabor son professeur. À l’époque un cinéaste, Monory-Mész András recueille leurs témoignages, exploration clinique et brutale d’un monde de garçons confrontés à l’inceste, l’abus sexuel, la misère ordinaire. Le film est bouleversant. Ce document subversif est interdit, il n’est pratiquement jamais montré. Quand le jeune cinéaste hongrois Marcell Gerö le découvre, il décide de partir à la recherche de ces trois adolescents devenus des hommes et de reprendre avec eux le chemin de leur vie. Longs voyages, entre la récidive, la poursuite de leurs rêves devenus, pour une large part, impossibles. Pál et ses enfants qui l’observent et le fuient, Gabor qui poursuit un amour imaginé en prison, un amour pour une « vraie » vie avec Dima et l’enfant qu’on leur a enlevé, Zsolt qui s’enferme et prolonge indéfiniment son impossible relation avec sa mère. Entre Marcell et ces trois hommes s’établit une relation vraie et avec le temps, la parole surgit. Trois destins qui se reconstituent dans toute leur violence, trois histoires, uniques, singulières qui finissent par dessiner un pays, une société qui bascule d’une époque à une autre, un contexte politique et social contemporain où le pouvoir en place ne rêve que de se débarrasser de ces marges qui l’encombrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *